Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Palestine : “Diwan Ghazza” et le club de lecture de Gaza

Cet article est le premier de notre nouvelle auteure, la blogueuse palestinienne Yasmeen El Khoudary.  Elle présente l'initiative d'un groupe de blogueurs de Gaza appelée “Diwan Ghazza”.

Il est très étonnant de voir que les gens sont surpris d'apprendre qu'il y a un club de lecture à Gaza, mais je pense que c'est exactement pour cette raison que nous avons entrepris “Diwan Ghazza”. Laissez moi vous raconter notre histoire.

Un groupe de mes amis et moi-même en avions assez du regard du monde sur Gaza (avec les médias qui souvent mettent en avant les aspects négatifs de la vie ici) et ne tiennent pas compte de l'autre face : l'historique, le beau, l'instruit, l'inspirant. Nous avons décidé que Gaza est aussi louable que les autres villes, et le fait que nous avons vécu tant d'expériences devrait être porté à notre crédit. Gaza produit des penseurs, et la  chose qu'elle leur enseigne est qu'ils doivent penser par eux mêmes. Il n'y a pas de centres culturels, théâtres, cinémas ou bibliothèques avec des ouvrages récents à Gaza, mais cela n'allait pas nous retenir.

Donc nous avons décidé de faire du remue-méninges, de donner notre temps et notre énergie pour former un groupe auquel nous serions fiers d'appartenir. En fait, c'est drôle, quand les gens nous demandent ce qu'est ”Diwan Ghazza”, ils ne comprennent pas quand nous répondons, “nous sommes un groupe d'amis qui sont intéressés par le savoir et la promotion de l'image de Gaza dans le monde”. Pourquoi ne pouvons-nous pas être une société enregistrée ou une ONG ?! Pourquoi est-ce que nous ne demandons pas de financements ?! Pourquoi n'avons nous pas de bureau !?

Mais “Diwan Ghazza” est plus simple que ça. Nous ne voulons pas être assujetis aux régulations ennuyeuses auxquelles font face les ONG ou donateurs. Pourquoi chercher à être “officiellement enregistrés” et demander des subventions quand nous pouvons réaliser de grandes choses sans argent ?

Notre première activité a été le premier Tweet-Up (rencontre de twitternautes) de Gaza en juillet 2011, qui rassembla environ 30 twitternautes de Gaza, plusieurs d'entre eux se rencontrant pour la première fois. Nous avons discuté de plusieurs choses, allant de notre responsabilité en tant que twitternautes de Gaza aux activités futures de Diwan. Plus tard, nous avons organisé un entretien sur Twitter avec Frode Mauring, le représentant spécial de l'administrateur des territoires palestiniens occupés. Nous avons aussi organisé plusieurs rencontres entre des jeunes activistes de Gaza et le PNUD (Programme des Nations unies) et d'autres diplomates, y compris une mission diplomatique et culturelle de la Suède.

Simultanément, en juillet 2011, je suis devenue la coordinatrice à Gaza de l'excellent Palestine Writing Workshop (Atelier d'écriture de la Palestine). Nous avons organisé plusieurs ateliers d'écriture sur Internet (généreusement organisé par le British Council), qui ont attiré des étudiants et des professionnels. Ils ont largement bénéficié des expériences d'auteurs de renom du monde entier. Plus tard, nous avons lancé le club de lecture de Gaza avec la lecture de deux romans : “Zabelle” de Nancy Kricorian et “The Road from Damascus” de Robin Yassin-Kassab. Nous avons aussi eu une discussion approfondie sur Zabelle avec Nancy Kricorian après avoir lu le roman, et nous avons hâte de nous entretenir avec Robin Yassin-Kassab !

Le club de lecture de Gaza

Notre groupe a commencé à s'élargir, et de plus en plus de gens se sont intéressés à Diwan Ghazza et aux réunions du club de lecture. Mais nous ne voulions pas nous limiter aux livres anglais ou aux romans, ou à un petit nombre de gens. Nous n'avions pas non plus l'option d'une bibliothèque bien achalandée. Donc, nous avons décidé de former le Club des échanges de livres du Diwan Ghazza Club. Et nous l'avons fait.

Notre première rencontre était en janvier, 18 personnes y ont participé et ont échangé plus de 25 livres, allant de livres sur l'histoire chrétienne de Gaza à Charles Dickens, à Sahar Khalife ; il y avait une jolie collection de livres. Nous nous sommes rencontrés encore la semaine dernière, avec plus de participants et plus de livres (nous ne les avons pas comptés, mais il y en avait beaucoup). Cette fois-ci, la collection comprenait les poèmes d'Ahmed Matar, des livres récents sur la révolution égyptienne, et ceux de Paulo Coelho. Même si nous avons échangé les livres, une énorme pile est restée sur place. Heureusement, l’hôtel Almat'haf a offert d'héberger notre mini-bibliothèque dans le centre d'affaires de l'hôtel. Quiconque est intéressé peut se rendre sur notre rayon virtuel sur Good Reads mais à la seule condition que vous laissiez un avis sur nos livres !

Ce faisant, nous construisons petit à petit un modèle pour démontrer que BEAUCOUP  peut être fait à Gaza sans aucun argent demandé à l'extérieur. Tout ce dont vous avez besoin est un engagement sincère et d’ intérêts partagés. J'espère avoir répondu à vos questions sur Diwan Ghazza, notre club de lecture et sur comment nous essayons de relever notre Gaza, auquel Choricius de Gaza (491-518) [fichier numérique] a jadis appartenu, et où il a établi l'école de rhétorique de Gaza – un phare de la connaissance à la fin de l'Antiquité !

A propos de Diwan Ghazza : nous sommes un groupe d'amis qui essayons de donner au monde une meilleure image de Gaza (une image de la réalité, mais qui a été ignorée pendant trop longtemps), en donnant accès au savoir et en donnant un lieu où les jeunes peuvent parler du visage oublié de Gaza. Quant à notre nom, “diwan”, dans la culture palestinienne, c'est le lieu où les membres de la famille et les amis se rencontrent pour parler et discuter des problèmes. Notre “Diwan” est un lieu pour discuter et échanger les idées, les pensées et la connaissance. Pour plus d'information, visitez notre site web, et la page Facebook.

Notre équipe est composée de 5 Palestiniens actifs de Gaza : Ola Anan, Jehan Al Farra, Bashar Lubbad, Omar Ghraieb, et Yasmeen El Khoudary.

Billet publié en premier lieu sur le blog de Yasmeen, Gaza, out of the blue

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues