Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Mali : les médias en grève pour protester contre l'enlèvement d'un journaliste

El Hadj Saouti Labass Haïdara, 62 ans, directeur du journal L’Indépendant et un vétéran de la presse écrite de Bamako, a été kidnappé par des hommes cagoulés, battu puis abandonné sur une route. MDD nous en dit plus sur  les circonstances de ce kidnapping :

Ils sont venus le chercher au bureau. Ils ont tiré en l'air pour intimider le personnel et brutalisé notre patron”, raconte un journaliste. C'était vers 21h30. Ils ont ensuite emmené Saouti Haidara sur la route Sénou vers l'aéroport. Après avoir été battu par ces individus mal intentionnés, l'homme qui a pu être suivi par ses collaborateurs, a été relâché 4h après et transporté à la clinique mère-enfant du Luxembourg. ” Nous y avons passé toute la nuit et ils lui ont cassé une main

L'ORTM, la télévision malienne, a diffusé des images de l'homme après son agression.

Une semaine avant, c’était Abderahmane Keita de L’Aurore qui avait subi le même sort.

Depuis le coup d’état du 22 mars dernier, on assiste aussi  à une recrudescence des arrestations :  entre autres, Birama Fall, du journal Le Prétoire, Abdoulaye Barry, de la chaîne télé Africable.

Les journaux et radios privés ont décrété un 24h de grève mardi prochain pour protester contre l'aggression de leurs pairs.

MDD ajoute:

Aujourd'hui, c'est l'indignation générale après l'agression du doyen de la presse. Saouti Haidara souffre de plusieurs contusions et d'une fracture de la main. Le président de l’Union nationale des journalistes du Mali (UNAJOM), Ibrahim Famakan Coulibaly et celui de la maison de la presse de ce pays, Makan Koné, ont “condamné” cet acte. M. Koné a annoncé “la tenue d’une Assemblée générale dès ce vendredi matin à 8 heures (heure locale) à la Maison de la presse, qui sera suivie d’une marche de protestation contre cet enlèvement et les précédents”. M. Koné a aussi annoncé “la suspension de toutes les publications au Mali à partir de lundi prochain, toujours dans le cadre de la protestation” [..] L'organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières (RSF) s'était inquiétée en mai des violations de la liberté de la presse au Mali depuis le coup d'Etat militaire du 22 mars,

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues