Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Tadjikistan: Le combat d'une boxeuse jusqu'au podium olympique

Ce dossier fait partie du dossier de Global Voices sur les Jeux Olympiques de Londres 2012.

Mavzuna Chorieva, une boxeuse de 19 ans du Tadjikistan, a remporté la médaille de bronze de la catégorie poids légers féminins aux Olympiades d'été 2012 de Londres.

Porte-drapeau de l'équipe du Tadjikistan à la cérémonie d'ouverture, elle a éliminé la boxeuse chinoise hautement cotée Cheng Dong en quarts de finale le 6 août, avant de perdre sa demi-finale contre la lutteuse irlandaise chevronnée Katie Taylor deux jours plus tard. L'Irlandaise de 26 ans, déjà titulaire de quatre championnats du monde et cinq titres européens, a donc empoché l'or [ces liens sont en anglais et français].

Chorieva a gagné sa médaille olympique contre toute attente. Au Tadjikistan, où boxe et autres sports de combat excluent pour la plupart les femmes, elle a dû pendant de nombreuses années se déguiser en garçon pour prendre part aux compétitions. Même après que Chorieva a été autorisée à participer à des tournois, il lui fallait boxer avec des hommes faute de lutteuses féminines avec qui s'entraîner. Pour couronner le tout, elle a dû subir l'an dernier une opération rénale qui menaçait de lui fermer la compétition internationale.

Mavzuna Chorieva, la boxeuse tadjik qui a obtenu une médaille de bronze aux Jeux Olympiques d'été 2012 de Londres. Capture d'écran de la vidéo de la BBC “Les espoirs d'une boxeuse tadjik pour les Jeux Olympiques” mise en ligne le 10 juillet 2012 sur YouTube par Rebecca Leighton.

Au Tadjikistan, Chorieva a dû boxer avec des hommes à défaut de lutteuses femmes avec qui s'entraîner. Capture d'écran de la vidéo de la BBC “Les espoirs d'une boxeuse tadjik pour les Jeux Olympiques” mise en ligne le 10 juillet 2012 sur YouTube par Rebecca Leighton.

(Regardez le reportage vidéo d'avant les Jeux par la BBC sur Mavzuna Chorieva, Les espoirs d'une boxeuse tadjik pour les Jeux Olympiques”, ici).

Ravissement au pays

La médaille de bronze de Chorieva a fait les délices de ses admirateurs au Tadjikistan après les espoirs précédemment douchés de médailles masculines en lutte et judo hommes. Lorsqu'il n'a plus fait de doute que Chorieva repartirait avec une médaille, son succès a dominé la conversation sur le segment tadjik de Facebook et les forums d'actualités. Pour la plupart au Tadjikistan, le bronze de la boxeuse ne vaut pas moins que l'or ou l'argent olympiques. Ses compatriotes sont d'ailleurs confiants que la victoire de la jeune sportive n'est que la première étape d'importance dans sa carrière.

Mehrdad Khayrullopur a écrit [en tadjik] sur Facebook :

Ofarin bar Mavzuna. Inshoalloh dar oyanda sohibi medali tillo ham meshavad. Bo sazovor gashtan bo medali birinji uro tabrik meguyem.

Bravo, Mavzuna. Si Dieu le veut, elle remportera aussi une médaille d'or dans le futur. Félicitations pour avoir obtenu la médaille de bronze, qu'elle a méritée.

Un autre utilisateur de Facebook, Bakhtiyor Faysolloev, a ajouté [en tadjik] :

Хайр аз Мавзунахони азиз хеле миннатдорем, ки нагузошт мо хушку холи аз ин Олимпиада баргардем.

Nous sommes vraiment reconnaissants à Mavzuna d'avoir fait que [l'équipe du Tadjikistan team] ne rentre pas des Jeux Olympiques les mains vides.

Ali Mastov explique [en russe] :

Надо сказать что Мавзуна проиграла не кому нибудь, а 4хкаратному чемпиону мира. Будь жребий по удачнее наша гордость могла бы и выйти в финал. Еще раз мои поздравление Мавзуну и ее тренерам!!!

Il faut dire que Mavzuna n'a pas été battue par n'importe qui, mais par une quadruple championne du monde [de boxe]. Si le tirage au sort de notre fierté [Chorieva] avait été différent, elle aurait pu aller en finale. Encore mes félicitations à Mavzuna et ses entraîneurs !!!

Le musicien tadjik Olim Shirinov a lui aussi commenté [en russe] le succès de Chorieva sur Facebook :

Эта девочка , без лишних слов, сделала для страны куда больше многих любителей потрепать языком… От всей души поздравляю Мавзуну с прекрасным ввыступлением на Олимпиаде, а всех нас с тем, что у нас есть такие спортсмены!

Cette fillette, sans paroles superflues, a fait beaucoup plus pour le pays que beaucoup d'amateurs de beaux discours… Je félicite de tout mon coeur Mavzuna pour sa magnifique performance aux Olympiades, et nous tous d'avoir de tels sportifs !

Shabnam Azizullaeva renchérit [en russe] :

Мавзуна по-любому молодец! Ей только 19 и вся карьера впереди!..

Excellent, Mavzuna, en tous cas ! Elle a seulement 19 ans, et toute sa carrière [sportive] devant elle.

Plus qu'une médaille

Les appréciations sur les médias sociaux montrent que pour de nombreux internautes au Tadjikistan, le bronze de Mavzuna Chorieva est plus qu'une victoire olympique. Le journaliste Salim Aioubzod suggère [en tadjik] sur Facebook :

Мавзуна фақат Мавзуна нест, балки яке аз чунин рамзҳои ҳувият ва ваҳдати миллист.

Mavzuna n'est pas que Mavzuna; elle est [aussi] un symbole de l'essence et l'unité de [notre] pays.

D'autres internautes voient dans l'exploit de la boxeuse un signe de changements plus vastes au Tadjikistan. Ainsi, Jasur Ahurov estime sur Twitter que Chorieva a “brisé des stéréotypes importants sur les femmes tadjikes…”

Suhrob Kasymov avance [en russe] que le succès de la sportive est un nouvel indice du rôle essentiel des femmes dans la société tadjike :

Опять женщины тянут всю страну за собой. Вновь таджикские женщины делают все за таджикских мужчин, даже медали теперь выигрывают за  таджикских мужчин…

Une fois de plus, les femmes entraînent tout le pays derrière elles. De nouveau, les femmes tadjikes font tout avant les hommes tadjiks, elles gagnent même des médailles avant les hommes tadjiks…

Muhayyo Nuriddinova exprime [en russe] son optimisme :

Надеюсь Чориева станет стимулом для других таджичек и ряд чемпионок пополнится в ближайшем будущем. Не важно, победит или нет, она уже нарушила стереотип нашего общества, оказывается таджички способны на многое…

J'espère que Chorieva sera une motivation pour les autres [filles et femmes] tadjikes, et que les rangs des championnes se rempliront dans le futur proche. Qu'elle gagne ou non, peu importe, elle a déjà enfreint un stéréotype de notre société, elle témoigne que les Tadjikes sont capables de beaucoup…

Le blogueur Harsavor explique [en russe] en quoi la médaille de Chorieva est si importante pour le Tadjikistan :

Mедаль Мавзуны особенная именно потому, что ее принесла нашей стране девушка. Да, в Таджикистане со спортом серьезные проблемы, но в женском спорте вообще давно пора кричать “караул”. Стереотипы, культурные ограничения и традиции являются все более серьезным барьером на пути развития женского спорта в стране… Соответсвенно, олимпийский успех Мавзуны способен разрушить имеющиеся в нашем обществе стереотипы относительно занятия девушек спортом, а также послужить отличным примером для остальных девушек, которые хотят заниматься спортом вопреки превалирующему общественному мнению.

La médaille de Mavzuna est si particulière précisément parce c'est une fille qui l'a offerte à notre pays. Oui, le Tadjikistan a de sérieux problèmes avec le sport, mais pour le sport féminin il est grand temps de crier au secours. Stéréotypes, frontières culturelles et traditions s'avèrent des obstacles encore plus graves aux progrès du sport féminin dans le pays… Le succès olympique de Mavzuna pourrait donc briser les stéréotypes existant dans notre société à l'encontre des activités sportives pour les jeunes filles, et servir d'excellent exemple aux autres filles qui veulent faire du sport au mépris de l'opinion prévalente de la société.

Il se trouve quand même des internautes pensant qu'il n'est pas si important que la médaille olympique du Tadjikistan ait été obtenue par une fille. Ainsi, Olesya Alena Pachtchenko a écrit [en russe] sur Facebook :

Главное, что спорт в стране возрождается. И неважно, кто- мужчина или женщина принес Первую Олимпийскую медаль в копилку Таджикистана. Главное – гимн прозвучал на всех континентах и о моей Родине миллионы людей будут знать теперь как о государстве, в котором есть ТАКИЕ спортсмены!..

L'essentiel, c'est que le sport ressuscite dans le pays. Et peu importe qui, homme ou femme, a fait tomber la première médaille olympique dans l'escarcelle du Tadjikistan. L'essentiel, c'est que notre hymne national retentisse sur tous les continents, que des millions de gens connaissent à présent ma patrie comme le pays où il y a de TELS sportifs !..

La place des femmes en débat

L'unanimité ne se fait pourtant pas autour du recul de la société patriarcale et de la liberté pour les femmes de s'affronter dans les sports de combat et les arts martiaux. Ainsi Rustam Khotamov a laissé [en russe] ce commentaire sur le site d'informations Asia-Plus :

Она же таджичка, мусульманка! Ей бы замуж выйти и детей растить, а не прыгать по рингу как обезьяна и драться с другими женщинами. Позор! Как ее родители только позволили ей заняться боксом?

Mais elle est une Tadjik, une musulmane ! Qu'elle se marie et élève des enfants, au lieu de bondir sur le ring comme une guenon et se battre avec d'autres femmes. Déshonneur ! Comment ses parents ont-ils pu la laisser faire de la boxe ?

Un commentaire promptement désavoué par de nombreux lecteurs reprochant à Khotamov d'être “arriéré” et “myope”, preuve que les Tadjiks jeunes, urbains, et qui ont étudié – la catégorie qui a un accès Internet et s'informe en ligne – ont probablement moins de préjugés contre l'engagement des femmes dans les sports et leur rôle social en général que leurs compatriotes plus âgés, moins cultivés et ruraux.

La réaction prédominante des internautes du Tadjikistan au bronze olympique de Chorieva a été la jubilation. C'est peut-être le commentaire [en tadjik] suivant, mis sur Facebook par Daler Fayzov, qui résume le mieux l'opinion des Tadjiks sur l'exploit de la jeune boxeuse :

Медали биринчии ту барои мо тилло,тиллоят бриллиант,новобаста аз ин хама,ту аллакай кахрамони,Мавзуна!

Ta médaille de bronze est pour nous de l'or, et ton or, du diamant. Sans exception, tu es déjà championne, Mavzuna !

Ce dossier fait partie du dossier de Global Voices sur les Jeux Olympiques de Londres 2012.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues