Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Maldives : Trêve politique le temps de fêter l'Aïd ?

[Liens en anglais] Les musulmans du monde entier ont célébré le 19 août 2012 la fin du Ramadan et le début de la fête de l'Aïd Al-Fitr, des festivités ternies aux Maldives par la polémique et les divisions politiques et religieuses qui ont assombri quelque peu les moments joyeux.

L'annonce du ministère des affaires islamiques que les prières matinales de l'Aïd dans la capitale Malé devraient se tenir en plein air a suscité beaucoup de controverse et de discussions. Les prières de l'Aïd se tenaient jusqu'alors dans les mosquées, et certains ont vu dans cette décision une tentative du gouvernement actuel et des mouvements religieux de consolider leur emprise en forçant l'identité religieuse du pays.

Women gathered for Eid Al-Fitr prayers at a sports ground in Malé, Maldives. Image by Saffah Faroog. Copyright Demotix (19/8/2012)

Des femmes réunies pour les prières de l'Aïd sur un terrain de sport à Malé, aux Maldives. Photo Saffah Faroog. Copyright Demotix (19/8/2012)

Agitation politique

La société des Maldives s'est trouvée profondément divisée il y a peu, quand le premier gouvernement démocratiquement élu, dirigé par le Président Mohamed Nasheed, a perdu le pouvoir le 7 février avec la démission du président à la suite d'une mutinerie de la police. L'armée rangée au côté des policiers n'a pas réduit la mutinerie, tandis que des militaires rejoignaient les policiers mutins, en une journée de chaos total [fr].

L'adjoint de Nasheed, Mohamed Waheed Hassan, a été intronisé nouveau président. Depuis, Nasheed et ses partisans répètent qu'il a été évincé par un coup de force, sa démission s'étant faite sous la contrainte. Le gouvernement actuel, composé d'une coalition décousue de divers partis politiques, maintient être arrivé au pouvoir légalement par la voie constitutionnelle.

Les manifestants des pro-Nasheed, qui exigent des élections, sont devenues courantes aux Maldives, et plusieurs manifestants ont été blessés [fr] lors de brutales interventions policières. Les policiers ont subi des blessures à leur tour quand la contestation est devenue violente. Plusieurs journalistes, qui essayaient de couvrir les manifestations, ont été menacés et blessés du fait tant de la police que des manifestants, et les médias du pays ont subi le contrecoup de la violence.

L'action du parti Adhaalath, un parti politique à l'idéologie essentiellement religieuse, pour créer une dynamique anti-Nasheed pendant ses derniers jours au pouvoir — avec des manifestations quotidiennes contre l'arrestation controversée d'un magistrat par le président et ce que certains ont vu comme des mesures sapant la religion — en a fait un ennemi sans merci des pro-Nasheed.

Ironie de l'histoire, c'est Nasheed lui-même qui a mis le pied à l'étrier au parti Adhaalath, en lui attribuant un portefeuille ministériel lorsqu'il a constitué son gouvernement en novembre 2008. Le parti Adhaalath n'a rompu avec Nasheed que dans ses derniers mois à la présidence. Son successeur, le Président Waheed, a laissé le parti religieux reprendre son poste ministériel, probablement pour le récompenser du rôle de ses dirigeants dans la chute de Nasheed.

Lorsque le ministère desAffaires islamiques, aux mains du parti Adhaalath, a appelé une large assemblée de fidèles à pratiquer les prières de l'Aïd dans un espace en plein air de la capitale, l'information a été accueillie par le scepticisme et l'hostilité des citoyens, qui y ont vu une opération publique pour faire nombre et interpréter les présences comme un soutien au pouvoir en place. Les opposants ont appelé au boycott de la grande assemblée de fidèles, invités à aller dans les mosquées particulières pour les prières de l'Aïd.

Huzam tweete :

ALLEZ DEMAIN COMME D'HABITUDE AU CENTRE ISLAMIQUE POUR LES PRIERES DE L'AÏD ! AGISSEZ CONTRE L'UTILISATION ABUSIVE DE LA RELIGION POUR UN BENEFICE POLITIQUE!

Des Maldiviens ont toutefois estimé qu'un événement religieux comme une prière de l'Aïd n'avait pas à être politisé par quelque bord que ce soit.

Azim Zahir tweete :

En accusant Adalat de politiser la prière de l'Aïd, l'opposition a fait de même en incitant à la suivre à la Mosquée Marukaz. Combien de temps allons-nous continuer ainsi ?

Azim Zahir souligne :

L'instrumentalisation de la religion est un cercle vicieux entraîné par tous les bords du fossé politique. La prière de l'Aïd en est un exemple évident.

Les prières de l'AÏd en plein air

Au matin de l'Aïd Al-Fitr, une foule d'une dizaine de milliers de personnes a assisté à l'assemblée de fidèles, tenue sur un terrain de football à Malé. S'y trouvaient même des partisans du président déchu Nasheed, accréditant l'opinion que la plupart des gens ont vu dans l'événement un rassemblement purement religieux, sans connotations politiques. Le Président et d'autres ténors du gouvernement actuel ont été vus prendre part à l'assemblée de plein air.

Sans surprise, Nasheed quant à lui, ainsi que certains de ses partisans, ont boycotté l'assemblée et assisté aux prières dans la plus grande mosquée de la capitale.

La grande assemblée de fidèles a été d'un calme remarquable, les Maldiviens priant côte à côte avec les travailleurs migrants du Bangladesh, habituellement sujets à mauvais traitements dans leur vie quotidienne. Un certain nombre de femmes étaient également présentes.

Hassaan Rasheed tweete :

@Hadithoftheday Ici aux Maldives nous avons prié l'AÏD AL FITR en la plus vaste assemblée jamais connue et c'était extraordinaire. pic.twitter.com/7Aq4fBop

A large congregation gathers for Eid prayers in Malé, Maldives. Image by niOS. Used with permission.

Une grande assemblée de fidèles se réunit pour les prières de l'Aïd à Malé, aux Maldives. Photo niOS. Utilisée avec permission.

L'assemblée a été dépourvue de rhétorique politique et a offert un moment rare d'unité et de diversité, mais les craintes n'ont pas manqué que les hommes politiques n'utilisent un tel événement pour consolider leur pouvoir, sous couvert de religion ou d'appel à l'harmonie sociale. Il y a eu des discussions sur Twitter pour savoir si la grande assemblée représentait un pic de soutien au gouvernement actuel et à la mouvance religieuse. Two Dead Fish tweete :

Je parie qu'ils vont politiser et appeler les gens venus au stade leurs partisans.

Des utilisateurs de Twitter ont relevé qu'une grande proportion de l'assistance était des travailleurs étrangers. EhJu tweete :

@2deadfish C'est bien. Au moins la moitié des gens ici ne peuvent pas voter à une élection aux Maldives.

Le parti Adhaalath s'est félicité du succès de l'assemblée, et un de ses dirigeants a affirmé [en dhivehi] que plus de 35.000 personnes avaient assisté à la prière. Une prétention contredite par des utilisateurs de médias sociaux, preuves à l'appui comme cette photo semblant indiquer des nombres plus modestes que ceux des chefs religieux.

La controverse sur l'assemblée de prière de l'Aïd témoigne de la polarisation de la société maldivienne aujourd'hui, quand un événement comme une prière de l'Aïd n'est pas à l'abri des querelles politiques. Azim Zahir tweete :

Trois dames vont au Stade pour la prière, une autre leur crie : suppôts de coup d'état. Combien de temps pourrons-nous supporter ces tensions et désaccords ?

Azim Zahir ajoute :

Les Maldiviens ordinaires sont  entraînés dans les dilemmes d'instrumentalisation même de leur prière de l'Aïd. Voilà les fardeaux pour l'esprit dans les Maldives d'aujourd'hui.

C'est quand même fête

Les querelles politiques n'empêchent pas les habitants de Malé de profiter de jeux et de spectacles variés de théâtre de rue pour célébrer l'Aïd, comme le montre le photographe Muha avec ces images (reproduites avec permission).

Pour un bref moment, enfants et grandes personnes – déguisés en dheli maali, un démon noir – règnent sur les rues et captent l'attention, reléguant politiciens et chefs religieux.

Eid celebrations in Male, Maldives. Image by MUHA. Used with permission.

Eid celebrations in Male, Maldives. Image by MUHA. Used with permission.

Eid celebrations in Male, Maldives. Image by MUHA. Used with permission.

Eid celebrations in Male, Maldives. Image by MUHA. Used with permission.

Eid celebrations in Male, Maldives. Image by MUHA. Used with permission.

Eid celebrations in Male, Maldives. Image by MUHA. Used with permission.

Eid celebrations in Male, Maldives. Image by MUHA. Used with permission.

Pour plus de photos, voir le photo-reportage sur le blog de Bug.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues