Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Australie : Le don de lait maternel passe en ligne

Partager du lait maternel de femmes qui allaitent via Internet, en Australie comme dans d'autres parties du monde, a provoqué la surprise de certains grands médias australiens et indiens.

Dans Mamans partagent lait maternel sur les médias sociaux (2 septembre  2012), News Limited écrivait :

Des mères ne pouvant pas allaiter leur bébés contournent les banques officielles de lait maternel et prennent contact avec des étrangères via les médias sociaux pour des dons de lait humain.

Un de ces réseaux, appelé ‘Human Milk 4 Human Babies’ (Lait humain pour bébés humains) met en relation les parents qui ont besoin de lait maternel, avec ceux qui acceptent d'en donner gratuitement.

Breastfeeding Graffiti in New Zealand

Breastfeeding Graffiti in New Zealand. Photo from Flickr page of eliduke

Le phénomène a été relevé également en Inde, sur IBN Live.

Les sites et pages sur médias sociaux sont aisées à trouver. HM4HB a sa propre  page Facebook  pour le monde entier, comme Eats on Feets qui possède des antennes dans les états australiens de Tasmanie et d'Australie occidentale.

Cette récente découverte des médias n'est pas spécialement nouvelle sur les réseaux sociaux. Le concept ne l'est pas non plus ; les allaitantes en ligne sont une des évolutions logiques de l'âge numérique.

Gullible New Parent, qui vit à Darwin, expliquait par exemple les précautions à prendre  sur son blog dès 2010 :

Ce n'est pas de la science de haut niveau : si, en gros, vous voulez utiliser le lait d'une autre femme, il faut s'assurer qu'elles ont pris les mêmes précautions que vous l'auriez fait si vous allaitiez votre propre bébé. Elles ne doivent pas consommer de drogues, qui passeraient dans le lait, elles devraient utiliser des biberons stérilisés et noter la date de la ponction.  Vous devez faire attention au statut HIV, ou à d'autres maladies qui pourraient être transmises à votre bébé. Il faut donc avoir confiance dans la donneuse, et elle doit avoir passé des examens pour écarter la présence de maladie.

Le réseau HM4HB existant depuis 2010, les médias sont donc parfois un peu longs à réagir sur les pratiques des internautes.  Alexandra avait également parlé de certains aspects de cette pratique sur son blog, dans Oooh tabou ! Qui partage du lait ?:

Il n ‘y a pas assez d'informations pour les parents qui recherchent du lait maternel pour leur bébé. J'attends avec impatience que cela change.

Une twitteuse australienne, Lauren, est révulsée par cette pratique :

@MsLozzaloulilei Mamans, s'il vous plait, ne partagez pas votre lait, car donner du lait non testé comporte des dangers. Essayez d'arrêter d'être parfaites.  FFS. 2 sept 12

Tandis que Damo est très favorable à des dons, à condition qu'ils soient contrôlés.

@ThatDamoGuy @lovelysqualor @eutraphalia J'aimerais voir des banques de lait maternel ouvrir dans chaque hôpital pour femme et enfants, dans tout le pays. C'est de l'or liquide. 2 sept 12

Eutraphalia s'inquiète plutot de l'exploitation commerciale du lait maternel partagé :

@eutraphalia
@ThatDamonGuy @lovelysqualor Donneuse privée/80 dollars australiens par litre, c’ est un prix exhorbitant, et je ne supporte pas de voir le lait maternel considéré comme un “produit”.  2 sept 12

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues