Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Les Colombiens se réjouissent prudemment des négociations de paix avec les FARC

Ce billet fait partie de notre dossier consacré à la sécurité et aux relations internationales

[Sauf mention contraire, les liens de ce billet renvoient à des pages web en espagnol.]

Demonstration against FARC (2008)

Manifestation contre les FARC (2008), photo de xmascarol sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Malgré le souhait de discrétion du président colombien, Juan Manuel Santos, les médias annonçaient fin août que le gouvernement allait entreprendre des négociations avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Le président a confirmé [en anglais] cette information le 4 septembre lors d’un discours diffusé à la télévision dans lequel il expliquait que les négociations visaient à mettre fin au conflit armé et au trafic de drogue. Les deux parties aborderont plusieurs problématiques dont les droits des victimes, le développement rural et la participation des FARC dans le processus démocratique national. Craignant que l’échec des dernières négociations [en anglais] (1999-2002) ne se répète, Juan Manuel Santos a aussi indiqué que le gouvernement n’accorderait l’amnistie à aucun leader des FARC et que les opérations militaires allaient se poursuivre. Quelques minutes plus tard, Timoleón Jiménez (dit Timochenko), responsable des FARC, s’est exprimé [en anglais] depuis La Havane pour déclarer que les FARC étaient disposées à s’engager dans un « dialogue civilisé » afin de mettre un terme au conflit datant de plusieurs décennies.

Les violences se poursuivront

Sur Distintas Latitudes, Lucas Peña mentionne les différences et les similaritudes avec les négociations précédentes menées avec les FARC et avec d’autres groupes armés. Il conclut en réclamant plus de réalisme, expliquant que même si un processus de paix était mené avec succès avec les FARC, cela ne mettrait pas un termes aux violences que connaît la Colombie :

Lo cierto es que la dejación de las armas de las FARC es una condición para la paz pero no la única, pues existen actores asociados a la criminalidad organizada que siguen ejerciendo la violencia, que pueden incluso surgir luego de la eventual desmovilización de las FARC, como se demostró tras la desmovilización de los paramilitares. En Colombia solemos llamar a estos nuevos actores ‘bacrim’ “bandas criminales al servicio del narcotráfico, los ejércitos de los carteles mafiosos.

Que les FARC déposent les armes est une condition nécessaire à la paix, mais elle n’est pas la seule. En effet, le pays compte d’autres acteurs associés au crime organisé qui continueront à faire usage de la violence. Il est même possible que l’éventuelle démobilisation des FARC donne naissance à de nouvelles factions armées, comme ce fut le cas suite à la démobilisation des paramilitaires. En Colombie, ces groupes criminels au service du trafic de drogue, ces armées des cartels mafieux, sont appelés bacrim. 

Le gouvernement en tête ?

Sur Revista Posición, Alberto Bernal est particulièrement critique envers le processus en cours, mais se félicite du choix des négociateurs du gouvernement :

Una buena noticia es que el equipo de negociación que nombró el gobierno es un equipo de negociación de lujo. Nada diferente se puede decir de Villegas, Pearl, o de Mora, para nombrar solo tres de las personas que estarán permanentemente en la mesa. También me parece importante recalcar el hecho de que la decisión de no decretar un cese al fuego le conviene al gobierno, pues el gobierno lleva la delantera en la guerra, así las FARC hayan incrementado sus ataques contra la población civil últimamente.

La bonne nouvelle est que l’équipe de négociateurs choisie par le gouvernement est excellente. Rien à redire concernant Luis Carlos Villegas, Frank Pearl ou Jorge Enrique Mora, ancien commandant des forces armées, trois des personnes qui siègeront à la table des négociations. Il me semble aussi important de souligner que la décision de ne pas instaurer de cessez-le-feu convient particulièrement au gouvernement, qui mène le combat, bien que les FARC aient dernièrement intensifié les attaques contres les civils.

Sur le blog Tras la Cola de la Rata, Juana Galeano indique qu’inclure l’armée dans le processus est une idée brillante :

Hay que admitirlo, la inclusión de miembros del Ejército como negociadores es una jugada maestra. Incluir a los militares, darles voz, los coacciona e impide que torpedeen el proceso más adelante.

Il faut admettre que nommer des membres de l’armée comme négociateurs est un coup de maître. Les intégrer au processus, leur donner une voix permet de les impliquer et éviter qu’ils sabotent les négociations ultérieurement.

La majorité des Colombiens semble soutenir, prudemment, le processus de paix. Selon les sondages [en anglais], 77 % sont en faveur des négociations, mais 72 % s’opposent à une éventuelle participations des FARC sur l’échiquier politique et 78 % désapprouvent l’amnistie des commandants de la guérilla.

Graffiti of FARC leaders

Leaders des FARC, Raul Reyes, Manuel Marulanda et Ivan Rios à Bogota, photo de bixentro sur Flickr (CC-BY-2.0)

Bien que l’ancien président Alvaro Uribe soit devenu un fervent opposant de presque tout ce qui touche au président Santos (qui fut son ministre de la Défense), certaines ONG ont fait part de leurs préoccupations [en anglais] concernant le cadre juridique relatif aux pourparlers avec les FARC approuvé [en anglais] par le Congrès au mois de juin.

Le président Santos a fixé [en anglais] une date-butoir à juin 2013 pour la première étape des négociations, mais il semble que le processus sera long [en], notamment puisque les FARC ont intensifié [en anglais] leurs attaques avant l’annonce.

Apprendre des erreurs du passé, améliorer la sécurité à travers tout le pays et renforcer la confiance entre les parties, sont quelques unes des conditions pour que les pourparlers portent leurs fruits.

 

ISN logoCe billet et ses traductions en espagnol, en arabe et en français ont été commandés par l'International Security Network (ISN) dans le cadre d'un partenariat destiné à faire entendre l'opinion des citoyens sur les questions de relations internationales et de sécurité dans le monde entier. Ce billet a été publié à l'origine sur le blog de l'ISN, d'autres articles peuvent être lus ici.

La section commentaires est fermée

Régions du monde

Pays

Langues