Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Portugal : un blog militant réduit au silence par Google

Global Voices Advocacy Cet article a été publié sur Global Voices Advocacy, l'un des sites de Global Voices, destiné à défendre la liberté d'expression en ligne et à combattre la cyber-censure. · Tous les billets

Le blog du groupe Precários Inflexíveis [portugais, pt] a été réduit au silence le 14 novembre, jour de la grève générale dans le pays et probablement jour d'affluence maximale sur ses pages.

Des milliers de personnes qui cherchaient des informations sur les manifestations et les actions du groupe ont reçu le message suivant : “Ce blog viole les conditions d'utilisation de Blogger et ne reste accessible qu'à ses auteurs”.

L'objectif de Precários Inflexíveis est d'exposer et de dénoncer les conditions de travail d'une génération de travailleurs précaires, dont beaucoup ne peuvent aspirer à des contrats à durée indéterminée. Son nom fait référence à une main d’œuvre précarisée. Avec un taux de chômage de 40% parmi les jeunes [pt], les droits de ceux qui parviennent à trouver un travail rémunéré sont menacés.

Le 14 novembre, le groupe Precários Inflexíveis, qui a réussi à continuer à bloguer sur sa page Facebook [pt], écrit que les accusations de diffamation envoyées à Google ont provoqué la suppression du blog. La société qui s'est plaint à Google,  le Groupe BF, pourrait avoir agi en réaction au témoignage d'un employé qui a accusé la compagnie de “travail illégal et d'évasion fiscale”. Le Groupe BF est aussi l'objet de plaintes sur d'autres sites comme Queixas [pt]  hébergé au Portugal.

Dans une interview accordée au quotidien portugais Público, le groupe Precários Inflexíveis a révélé avoir déjà été traduit devant les tribunaux par une entreprise [pt] pour un cas similaire. Si Precários Inflexíveis avait perdu en première instance, il a en revanche gagné en appel. Le groupe soupçonne que cette affaire ait donné des idées à d'autres entreprises.

En début d'année, pour quelques pays spécifiques, Google  a commencé à supprimer certains contenus hébergés sur Blogger, en application de ses nouvelles conditions d'utilisation [en].

Le groupe d'activistes a déclaré qu'il fera pression sur Google pour récupérer le blog et qu'il continuera à dénoncer les conditions de travail précaires.

2 commentaires

  • Hagi

    En même temps, hébergés sur Blogger, ils ne peuvent pas se plaindre. Personne ne devrait les plaindre : 6€/an, et encore, pour un nom de domaine et un hébergement suffisant pour faire tourner un blog…
    Bloguer via des services de Google et Facebook, quand on se veut un tant soit peu subversif et que l’on se revendique de la liberté d’expression, c’est d’un niveau de connerie franchement élevé.

  • [...] grève générale ne suffit pas Austérité: police contre manifestants au Portugal et en Espagne Portugal : un blog militant réduit au silence par Google Le Portugal devient le premier pays à ratifier le pacte budgétaire européen PORTUGAL • [...]


Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues