Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Inde, la foule brûle des maisons d'Intouchables en réaction à un mariage inter-castes

Le 7 novembre 2012, d'après le International Dalit Solidarity Network (ISDN) [en]  qui s'appuie sur les faits rapportés par The Hindu, IBN, Times of India et Countercurrents, environ 2000 personnes ont attaqué trois villages dalits [NdT: Intouchables] à Dharmapuri dans l'état de Tamil Nadu [NdT: région à majorité tamoul dans le sud du pays] en Inde.

D'après le reportage, une étudiante infirmière de la communauté Vanniyar (caste des Sûdra)[NdT: caste des serviteurs] a épousé un homme de la communauté Aadidravida (Dalit) dans la Colonie de Natham. Après le suicide de déshonneur du père [en] de la jeune femme, un mouvement s'est organisé contre la communauté Dalit. ISDN rapporte qu'une foule est arrivée en grand nombre dans l'après-midi, pillant les habitations et y mettant le feu avec des bombes à pétrole. Des centaines de maisons [en] ont été détruites et 1 500 Dalits se sont retrouvés sans toit et totalement démunis.

Comme le rapporte le militant social et défenseur des droits de l'homme Vidya Bhushan Rawat (@freetohumanity) [en] dans son article Caste And Honor publié par Countercurrents:

La violence envers les Dalits dans la région de Dharmapuri dans l'état de Tamil Nadu nous rappelle de façon violente l'existence de forts préjugés dans notre société, et combien l'honneur est intrinsèque à l'identité de chaque caste.

 

Pour Rawat : “Les journaux n'ont pas tout dit sur l'incident et ignorent complètement qui a procédé aux attaques. C'est important d'identifier les communautés. Cela ne fait aucun doute que ce sont les Thevars et la Vanniyars qui infligent les plus fortes violences aux Dalits. Ce sont les deux principales communautés Sûdra dirigées par de différents partis politiques”. Alors que ce genre de violence est interdit par la Constitution, “la loi ne peut pas faire s'évaporer la violence envers les Dalits”.

 

Dalits or untouchables

Guriya et Desi Lal sont Dalits (ou Intouchables) membres des Harigans, chargés de l'entretien et de la propreté des rues. Photo Yan Seiler. Copyright Demotix (27/9/2011)

Les journaux affirment qu”il y a eu une dizaine de mariages inter-castes entre les Vanniyars et les Dalits dans ce village, suggérant que l'incitation à la violence a été faite pour des raisons politiques afin d'éviter que ces incidents ne prennent plus d'importance dans le cadre d'une attaque systématique [en] et ‘bien organisée‘ [en].

D'après IDSN, Henri Tiphagne, secrétaire général de l'organisation People’s Watch, [en] (un partenaire d'IDSN) s'est rendu dans la région pour évaluer la situation et apporter secours aux enfants. Comme il dit “C'était la plus choquante des atrocités inter-castes que j'ai vues de ma vie jusqu'à présent, notamment pour ses conséquences. Un mariage inter-caste qui s'est déroulé avec l'accord et la protection de la police a abouti à une rare violence et 430 maisons détruites.”

Sur Twitter [en]:

@Rights4Edu (Rights for Education): #les étudiants dalits font face #discrimination à Dharmapuri http://thne.ws/WxZYiZ via @thehindu #inclusiveeducation.

@meenakandasamy (Meena Kandasamy): à Dharmapuri. #honte #atrocités #dalits

@dhilipYo (Dhilip Joe Ramki): ‏Industrialiser les districts du sud : Sarath Kumar : Condamner la violence récente envers les Dalits à Dharmapuri… http://dlvr.it/2WbNK3

D'après @kotravai_n (Kotravai) une manifestation sera organisée par Saathi AAthikka Ethirppu kootiyakkam le 30 novembre près du Memorial Hall, à 16H.

Il est possible de trouver plus d'informations sur les incidents de Dharmapuri sur le site Sanhati [en] qui publie un article intitulé “Fighting Neoliberalism in Bengal and Beyond.”(Combattre le néolibéralisme au Bengale et ailleurs).

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.