Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'économie du Malawi : Une montagne trop haute à gravir?

(Billet d'origine publié le 4 novembre 2012)

[Liens en Anglais] Depuis que Joyce Banda a repris, en avril 2012, les rênes du gouvernement suite au décès de Bingu wa Mutharika, les Malawites sont partagés entre espoir et désespoir.

La communauté internationale, optimiste, a débloqué pour soutenir pays les fonds budgétaires qui avaient été suspendus sous la présidence de M. Mutharika, suite aux importants changements tant financiers que sur le plan de la gouvernance pris par la nouvelle présidente. Les pénuries de carburant et les taux de change se sont améliorés presque instantanément.

Environ cinq mois plus tard, il a été dit aux Malawites que le plan de relance économique étalé sur 18 mois sera la réponse aux défis économiques du pays, ce qui a poussé un certain nombre d'internautes à réagir et répondre de différentes manières.

Watipaso Mkandawire, dans son billet « Une montagne trop haute » décrit les réalités de l'économie du Malawi :

Malawi's first female President Joyce Banda. Photo source: Friends of Joyce Banda Facebook page.

La première femme présidente du Malawi Joyce Banda. Photo de la page Facebook des amis de Joyce Banda.

 À peine 5 mois après s’être occupé du point 1, l'économie fait face au mécontentement chaque jour plus grand. Les défis notables comprennent : l'augmentation des prix des produits de base et du carburant, la réapparition de files d'attente pour le carburant, l'inflation galopante, le mécontentement des classes défavorisées et moyennes, la mauvaise saison du tabac, 1.2 million de personnes doivent faire face à la faim, etc. Beaucoup affirme que Joyce Banda et son Parti populaire n'ont aucune vision pour le pays et que ce que nous voyons est un “gouvernement de subsistance”. En toute justice, Joyce Banda a hérité d'une économie qui était sur les genoux (si ce n'est sur le dos) et le pays était presque en faillite.

En professionnel avisé des médias, Levi Manda, parle avec un ami d'un budget pour les pauvres :

« Ce pays favorise les improductifs : les ministres du gouvernement, les chefs religieux, les parlementaires, les autorités, les chefs d'institutions gouvernementales et les villageois les plus paresseux. »
« Comment ? »
« Les ministres et les députés peuvent importer sans taxes, jouissent de transports gratuits, de logements gratuits, de mariage sans frais, d’allocations illimitées et non imposables; les chefs profitent de la gratuité des logements et de salaires non imposables. Une année, un secrétaire principal s’est accordé des frais de congé annuel équivalents à 1.000 jours de congé ! »

Toutefois, la présidente prenant en compte les réalités économiques, semble contribuer à l'effort pour résoudre les problèmes financiers du pays en réduisant son salaire. Le journaliste Kondwani Munthali raconte :

« Pour accompagner les mesures d'austérité, la présidente et le vice-président ont volontairement décidé de réduire leur salaire mensuel de 30 % avec effet immédiat. Le gouvernement envisage sérieusement d'autres mesures de réduction des coûts et ceux-ci seront annoncés en temps voulu », a déclaré Kachali. Sur le plan de la relance économique, le vice-président dit qu'il a identifié cinq secteurs stratégiques qui peuvent rapidement retourner la situation pour une croissance se basant sur les exportations et les devises.

Ces nouvelles ont été bien accueillies par tous les secteurs du Malawi. En général, les Malawites espèrent la reprise économique, devenue le sujet d'actualité alors que la prochaine élection présidentielle aura lieu en mai 2014.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.