Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : Jibontari, l'hôpital flottant des pauvres

Le Bangladesh compte 160 millions d'habitants, dont la majorité vit dans les régions rurales, à proximité des rivières. Le pays entier est traversé par des rivières de toutes tailles, dont le nombre s'élève à près de sept cents. Elles se rejoignent toutes dans la Baie du Bengale. Ces rivières constituent un réseau fluvial de 15 000 miles (soit 24 140 km) de long, l'un des plus importants de la planète. C'est sur ce réseau que vogue un bateau-hôpital, conduisant vers les régions les plus pauvres et les plus isolées du Bangladesh les médecins, les infirmières et les médicaments pour les soins des personnes dans le besoin. Il s'appelle le Jibontari, le “Bateau qui transporte la Vie”, inspiré d'un poème du poète Rabindranath Tagore.

Le Jibontari a commencé son aventure en tant qu'hôpital flottant le 10 avril 1999 sur les bords de la rivière Mawa à Munshiganj. Son objectif était de soigner toutes les personnes pauvres vivant à proximité des rivières et qui, en temps habituel, n'ont pas accès à des soins.

Le Jibontori ayant jeté l'ancre dans une région isolée, emmenant des médecins, des infirmières et des médicaments. Photo publiée sur la page Facebook de l'Impact Foundation Bangladesh.

L’Impact Foundation Bangladesh est l'organisation à vocation humanitaire qui a mis en place cette initiative. Cette fondation correspond à la filiale d'une organisation d'aide britannique, qui permet l'accès aux soins à des personnes handicapées des pays en voie de développement.

Le Jibontari est un hôpital flottant de trois étages, sans aucun moteur, qui circule en étant tracté par des remorqueurs. Il propose tout type de matériel et d'équipement moderne. Tous les jours, des milliers de personnes peuvent ainsi recevoir des soins médicaux et chirurgicaux dans cet hôpital flottant. Sur ses 40 mètres de longueur et 10 mètres de hauteur, le bateau propose des salles d'opération climatisées avec 3 tables d'opération, 3 lits de réanimation post-opératoire, un quartier de 12 lits, un appareil à rayons X, un laboratoire d'analyses et une clinique externe. De plus, au dernier étage, se trouvent toutes les dispositions nécessaires pour les personnes hospitalisées et un centre de formation ultramoderne. De plus, les médecins, infirmières et chirurgiens bénévoles ainsi que tous les autres employés disposent tous des dispositions nécessaires pour y résider. (voici la vidéo d'un reportage de CNN couvrant ce sujet).

Mita est une petite fille issue d'une famille pauvre d'une zone rurale de Bangladesh. Elle souffrait d'une fissure labiale. Elle a été soignée à l'hôpital flottant de Jibontari. L'histoire de cette fillette a été diffusée par le blog HelpThemSmile :

Un jour, un pharmacien a dit au père de Mita qu'il existait un bateau-hôpital quelque part qui soignait gratuitement ce type de difformité. (…) Il s'est renseigné sur la localisation du Jibontari, qui se trouvait alors à Chamrarghat, dans le district de Kisoregonj. Fazlul Haque s'est de nouveau alarmé. C'était trop loin, presqu'à 500 km de son domicile. Mais déterminé à tenter le coup pour sa fille, il a commencé son voyage un matin en emmenant sa fille.

Le médecin alors en service au Jibontari a examiné Mita et a informé son père qu'elle devait être opérée de toute urgence. (…) L'opération a été menée et les sutures ont été enlevées une semaine plus tard. Fazlul Haque était aux anges lorsqu'il a vu le nouveau visage de sa fille bien-aimée.

Des opérations sont réalisées sur les ponts du bateau. Photo prise sur le site de l'Impact Foundation Bangladesh.

L’Aussi Bangla Smile réunit des infirmières, des chirurgiens et des anesthésistes. Venus d'Australie, ils sont arrivés au Bangladesh en ayant pour mission de soigner les personnes souffrant des fissures labiales et palatines. Les membres de l'équipe réalisent ces missions lors de leurs congés annuels, en payant eux-mêmes leur billet d'avion. De plus, ils aident aussi à la récolte des fonds pour le matériel et l'équipement utilisé lors des soins.

Hasan Sarwar a rapporté comment les membres de cette équipe ont changé la vie d'une petite fille nommée Marium en l'opérant d'une fissure labiale à l'hôpital Jibontari :

Née avec une fente labiale et palatine bilatérale, le bébé Marium, âgée peut-être d'un jour seulement, a été abandonnée dans un bus public. Elle a été trouvée par des passagers, puis la police l'a placée dans un orphelinat à Mymensingh, Bangladesh.

Une bonne amie (…) a ainsi emmené Marium à l'hôpital flottant Jibontari, auprès de l'équipe Aussi Bangla Smile, après un trajet de deux heures depuis l'orphelinat. (…) Lorsqu'elle a été opérée, Marium était âgée d'environ cinq mois. En raison de sa difformité, elle ne pouvait pas s'alimenter correctement. Elle était anémique, malnutrie et pesait seulement 4 kg.

L'opération a été menée par le Dr Sarwar. La récupération post-opératoire s'est faite sans incidents, et le matin suivant, Marium semblait heureuse et elle commençait à afficher un sourire qui atteignait tout son entourage en plein coeur.

Le chef d'équipe Judy Barlow et le reste de son équipe ont été tellement émus qu'ils ont décidé de parrainer Marium jusqu'à ses 10 ans. Dix membres de l'équipe ont immédiatement donné 360$ australiens (soit 27 720 takas (monnaie bangladaise) ou 286€) pour ses dépenses en lait et autres besoins pour une année.

 

Depuis sa fondation, l'hôpital flottant Jibontari a déjà fourni les premiers soins à 377 416 personnes. Grâce à lui, 31 099 patients ont pu recevoir des soins orthopédiques, de chirurgie plastique, d'ophtalmologie et d'oto-rhino-laryngologie. Il a permis 70 853 analyses médicales de différentes sortes. 19 090 patients ont obtenu des lentilles intra-oculaires et 7 546 patients ont été soignés par physiothérapie. Par ailleurs, 335 381 personnes ont pu recevoir des conseils pour surmonter leurs handicaps physiques. 2 376 femmes ont eu accès à des soins et conseils de maternité anté- et post-natal. 1841 employés d'ONG, d'enseignants d'écoles et de chefs de communauté ont pu assister à des formations concernant la bonne nutrition. (réf)

Andrina Schwartz était venue visiter cet hôpital flottant et elle a réagi en publiant sur son blog un post intitulé “Bateaux d'espoir” :

L'hôpital flottant ressemble à n'importe quel autre bâtiment de trois étages quand vous l'apercevez de loin. Mais lorsque vous vous en rapprochez, vous réalisez qu'il n'est pas sur la terre – il est comme posé au milieu d'une rivière entouré de rizières. (…)

Jibontari restera sur son lieu actuel pour 3-6 mois. Dans cette période, les maux les plus simples seront guéris, la vue sera rétablie, les pieds bots seront soignés et les sourires remplaceront les fissures labiales. Tout ce qui, finalement, ramènera de l'espoir à la population rurale de Bangladesh.

1 commentaire

  • [...] cas de viol collectif en Inde Bangladesh : Jibontari, l’hôpital flottant des pauvres Le Bangladesh compte 160 millions d'habitants, dont la majorité vit dans les régions rurales, à [...]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.