Samia Al-Agbhari

Samia Al-Agbhari, une écrivaine yéménite ciblée par une campagne médiatique. Photo partagée par Afrah Nasser sur Facebook

Sur Facebook, la blogueuse Afrah Nasser aborde la question de la restriction de la liberté d'expression dans son pays et comment une écrivaine se fait harceler – supposément pour irrévérence envers la religion. Elle écrit :

La restriction de la liberté d'expression au Yémen continue. Une autre écrivaine est confrontée à une sévère attaque la calomniant et l'accusant d’irrévérence envers la religion. L'une des meilleures écrivaines du Yémen, Samia Al-agbhari, est confrontée à une attaque médiatique orchestrée par la propagande et menacée pour son attitude courageuse.

Lors de l'un de ces récents discours publics, elle a déclaré  ”Le trio fatal du Yémen est l'Armée, la Religion & le Tribalisme”. Je ne suis pas seulement d'accord avec sa déclaration, je lui exprime également toute ma solidarité. Je suis sûre qu'elle restera ferme et résolue, mais je m'inquiète pour sa sécurité future.

À peu près à la même époque l'année dernière, Boushra al-Maqtary a été confrontée, et l'est toujours, au même problème. Comme j'ai rencontré Boushra il y a un mois, je peux clairement affirmer que plus ces personnalités religieuses fébriles luttent contre les écrivains, plus déterminés et forts nous sommes. Les vrais écrivains sont des anxieux. Quand le comprendront-ils ?!