Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Pakistan : YouTube bloqué, débloqué et à nouveau bloqué

Après trois mois d'une interdiction de YouTube imposée par le gouvernement [en anglais, comme tous les liens], les Pakistanais pouvaient finalement accéder au site de partage de vidéos depuis le 29 décembre 2012. Mais le répit a été de courte durée.

@ayeshaesque : YouTube bloqué, débloqué puis à nouveau bloqué en quelques heures, quelle farce ! #Pakistan

Le directeur de la communication du site indien change.org, Raheel Khursheed, a tweeté :

@Raheelk : Wow, quelque chose de plus court que le mariage de Kim Kardashian ! #AffaireYoutubeAuPakistan

Que se cachait-il alors derrière le soudain, bref et étrange déblocage ? Sur Twitter, l'administrateur de TED à Islamabad, Saad Hamid, a écrit :

@SaadGH : Quelqu'un au ministère a trouvé un interrupteur on/off pour YouTube et maintenant les ministres s'en sont emparé.

@SaadGH Peut-être que YouTube a été débloqué pendant 5 minutes parce que bébé Bilawal voulait voir la performance de sa Katrina-akin lors du récent jalsa [rassemblement]. Hmm !

Saad fait allusion au fougueux discours prononcé par Bilawal Bhutto Zardari, le fils du Président et le co-président du parti au pouvoir, lors de la commémoration de la mort de sa mère Benazir, le 27 décembre. Avant le soudain second blocage de YouTube, Saad avait posté sur Instagram cette photo de sa femme, consultant YouTube.

Talat Aslam, l'éditeur du journal anglophone le plus lu au Pakistan, The Newss'est plaint  :

 @titojourno : Ne me dites pas qu'ils ont débloqué puis bloqué YouTube à nouveau ! Il y avait beaucoup de choses que je voulais regarder. Et non. CE film n'était pas sur ma liste

Talat fait référence à “L'Innocence des Musulmans“, le film à petit budget de 13 minutes qui a engendré l'indignation de tout le monde musulman, et entraîné des manifestations, des morts et des blocages de YouTube, qui a refusé de retirer le film de son site.

Image by Sherbien Dacalanio. copyright Demotix (17/9/2012)

Image de Sherbien Dacalanio. Copyright Demotix (17/09/2012)

Mansoor Ali Khan, un journaliste de la chaine Geo News (détenue par le même groupe de médias que The News), a tweeté :

@MansoorGeoNews Félicitations #Pakistan : notre gouvernement n'est même pas capable de prendre de simples décisions sur l'ouverture de sites web et nous espérons qu'il anéantisse le terrorisme.

De façon ironique, selon le blogueur Kala Kawa, The News et Geo News ont été tous deux à l'origine de la soudaine ré-interdiction de YouTube. Sur son blog, il explique dans La grande escapade de YouTube :

Ansar Abbasi [reporter à The News] avise Geo News (une petite chaîne vile et répugnante) que des contenus contestables sont toujours disponibles sur YouTube. Nous en étions bouche bée ! Ansar Abbasi est un homme qui possède de nombreux talents et une réputation hors norme. Il a suffi d'un instant, après avoir proclamé l'abjection de YouTube, pour que notre Premier ministre passe à l'action.

L'internaute et avocat Ali Ansari a tweeté :

@alizansari Si le Premier Ministre était sur Twitter, je le bloquerais un million de fois et le signalerais comme spam.

Kala Kawa poursuit en expliquant le plus gros problème derrière le fiasco :

Une confluence de stupidité, telle que nous en voyons régulièrement au Pakistan, a encore prévalu. Les tribunaux qui, d'une manière ou d'une autre, sont arrivés à croire qu'ils représentent la volonté du peuple, créent des ordres qui entravent notre institution d'un mouvement de leur robe. Les journalistes, dont l'estime d'eux mêmes a gonflé au point qu'ils ne se reconnaissent plus, nous informent sur la manière dont nous devrions nous comporter dans notre vie privée. Un gouvernement civil qui se proclame laïc plie à chaque demande de la droite, aux dépens de ceux qui sont idéologiquement en accord avec lui. Malheureusement, rien de ceci n'est nouveau pour nous. Pire encore, ceci arrive loin derrière ce qui nous est arrivé la dernière fois.

Additif : Geo News confirme fièrement son rôle dans la nouvelle interdiction de YouTube. Comme il est évident à quiconque possède un semblant d'intelligence, ceci n'est PAS quelque chose dont on peut être fier.

Le compte Twitter du Karachi Post, qui se décrit comme le “seul organe de presse social, de gauche, libéral et le seul think tank” du pays a riposté à l'attention de Geo News :

‏@Karachi_Post : Idiots, nous vivons dans un village global & il est presque impossible de censurer totalement les contenus d'internet. Pourquoi ne comprenez-vous pas ça #Geo ?

Le très respecté chroniqueur et analyste politique Raza Rumi a résumé le sentiment partagé par de nombreux internautes :

@Razarumi : J'utilise un proxy pour accéder à @youtube et d'autres sites interdits – ça fonctionne bien. Je DÉFIERAI cette [ré]interdiction absurde – À bas la censure !!

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues