Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pakistan : Le militant Khudi Ali victime des attentats ciblant les Hazaras

Le 10 janvier 2013, dans la ville de Quetta, au sud-ouest du Pakistan, 82 personnes ont perdu la vie [tous les liens mènent à des sites en anglais, sauf mention contraire] dans des attentats successifs qui ont frappé une zone principalement peuplée par des musulmans chiites de l'ethnie Hazara [français].

Irfan Khudi Ali, un célèbre activiste qui a inlassablement dénoncé la persécution des chiites Hazara au Pakistan, est décédé lors du second attentat.

Vigil for @khudiali in Islamabad. Picture by @ali_abbas_zaidi

Veillée funèbre pour @khudiali à Islamabad. Photo de @ali_abbas_zaidi

Selon des informations sur Twitter, Ali aurait échappé de justesse à la première bombe de Quetta :

@khudiali : #Quetta, il rentrait chez lui (après avoir) échappé de justesse à l'explosion 11 personnes tuées.

Maria Memon a tweeté :

Ali ne pouvait pas survivre à la 2ème explosion ce soir. RIP @khudiali RT @khudiali #Quetta, il rentrait chez lui (après avoir) échappé de justesse à l'explosion, 11 personnes tuées

Son assassinat a provoqué un hommage à son combat et renouvelé les protestations contre les meurtres de chiites au Pakistan. Le dernier tweet d'Ali a été publié lors d'un reportage sur le terrain, sur des Hazaras fuyant la persécution :

@khudiali Familles #Hazara de #Machh, Khuzdir a finalement succombé à la pression génocidaire & au déplacement. Triste jour pour la diversité au #Baloutchistan.

Irfan Ali during a protest against sectarian violence in Islamabad, September 2012. FRom the Facebook page of Pakistan Youth Alliance.

Irfan Ali pendant une manifestation contre la violence inter-religieuse à Islamabad, septembre 2012. Photo extraite de la page Facebook de l'Alliance des Jeunes du Pakistan.

Depuis 2001, les musulmans chiites Hazara de Quetta sont régulièrement la cible de groupes militants. Minorité au sein d'une minorité, les meurtres de chiites Hazara constituent les cas de violences parmi les plus tus du Pakistan.

Hazara.net archive des statistiques de meurtres de chiites Hazara au Pakistan, avec le nombre d'attentats et de personnes tuées jusqu'à ce jour. Selon ce site, un total de 1.100 chiites Hazara ont été tués au Pakistan depuis 1999.

Les médias affrontent souvent la colère des Pakistanais lorsqu'ils n'informent pas sur la nature des attaques et quand ils le font, ils sont critiqués pour utiliser le terme de “secte” quand une minorité religieuse particulière est ciblée. Pour obliger à en parler et faire pression sur les institutions chargées de faire appliquer la loi et sur le gouvernement, un débat actif a lieu sur les médias sociaux à propos des meurtres ciblés de chiites sous les mots-clés #shiiakillings et #shiagenocide sur Twitter. Des activistes Hazara ont, par le passé, utilisé les médias sociaux pour attirer l'attention des médias internationaux afin qu'ils informent sur leur situation.

Le journaliste respecté Mohammad Hanif écrit :

Le blogueur Omar Biden a écrit un bref post ou plutôt un hommage émouvant à Irfan Khudi Ali sur son blog :

Hier fut l'un de ces nombreux jours trempé de sang dans la capitale du Baloutchistan, Quetta. Déjà, dans la matinée, les habitants de la ville eurent à entendre une explosion ; les explosifs étaient cachés dans un véhicule du Corps de la frontière à Bacha Khan Chowk. L'explosion a entraîné la mort de 12 innocents. Cela a créé une véritable confusion parmi les habitants voulant enterrer les cadavres.

Pourtant la règle du plus qu'assez ne fonctionne pas au Pakistan, du moins pas à Quetta. Après un intervalle de seulement quelques heures, Alamdar Road, une rue majoritairement peuplée de chiites Hazara, a connu un autre massacre, suivant la même tactique que le matin. Cependant cette fois planifié “Mardanawar”, hardiment, une double explosion pour revendiquer une catastrophe inoubliable. (…)

Ces incidents barbares ont entraîné de lourdes pertes humaines. Et parmi elles, celle d'un ami admiré, un activiste des droits de l'homme – Irfan Ali Khudi.

Irfan Ali Khudi, 33 ans, serait venu à Quetta afin de “donner une formation sur la paix à de jeunes activistes”.

J'avais l'intention d'écrire mes sentiments, en fait je n'arrive pas à aller au bout de cette note…

Ce “jour de bain de sang à Quetta”, ainsi qu'Omar l'a souligné, n'est pas le premier de ce genre et ne sera probablement pas le dernier. L'indifférence en a indigné beaucoup, en particulier parce que le mouvement interdit Lashkar-e-Jhangvi, qui revendique les attentats, n'a pas encore été inquiété.

Les familles des victimes ont refusé d'ensevelir leurs morts et ont annoncé qu'elles continueront leur sit-in jusqu'à ce que l’armée prenne des mesures contre les tueries. Cette photo mise en ligne sur Twitter montre des milliers d'Hazara assis sous la pluie autour des corps des personnes massacrées dans les attentats de Quetta.

Ali avait fait une intervention lors de la conférence Tedx dans la ville de Rawalpindi il y a seulement quelques semaines ; regardez son discours impressionnant ici.

Ali a dédié une grande partie de sa vie à mettre en lumière la souffrance des Hazara ; pour ceux qui le connaissaient, et même les autres, il est devenu un symbole du combat pour la justice en faveur de la communauté Hazara au Pakistan. Alors que le sit-in se poursuit dans le froid et sous la pluie, que des familles refusent d'enterrer leurs êtres chers, les autorités passeront-elles finalement à l'action pour stopper l'effusion de sang ? D'ici là, l'histoire d'Ali doit être entendue.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.