Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Silence de la presse iranienne sur une rafle de journalistes

Par Mana Neyestani, célèbre dessinateur iranien. Source: Radiozamaneh

L'Iran, “Le grand geôlier de la presse” [en anglais] a encore frappé. Au moins douze journalistes iraniens ont été arrêtés ce week-end par des agents du régime. Reporters sans frontières (RSF) a publié le lundi 28 janvier 2013 une déclaration sur cette série d'arrestations de  journalistes. Selon RSF, dans un contexte de reprise des mesures de répression envers la presse d’actualité à Téhéran, des agents du ministère des Renseignements, en civil, ont fouillé les sièges de quatre titres de la presse quotidienne – Etemad, Arman, Shargh et Bahar – ainsi que celui de l'hebdomadaire Asemanand, et ce sans explication, arrêtant au moins douze journalistes.

Comme l'écrit le journal The Guardian [en anglais], beaucoup considèrent que “ces arrestations signalent une intensification de la répression envers la presse, reflétant l'absence totale de tolérance de l'Iran pour ceux qui travaillent avec des médias dissidents ou des sources d'information considérées comme hostiles par le régime.”

Plusieurs net-citoyens et journalistes iraniens on publié un collage photo des journalistes emprisonnés, montrant ainsi leur solidarité avec eux et demandant instamment leur libération :

source:http://masihalinejad.com/wp-content/uploads/2013/01/536937_10151243473741608_867996887_n.jpg

La journaliste iranienne Masih Alinejad écrit sur son blog [en farsi] que l'on peut considérer les récentes arrestations de masse comme un “coup de semonce électorale” pour intimider les journalistes. L'élection présidentielle aura lieu en juin 2013.

Elle écrit :

On ne trouve dans leurs propres journaux aucune information sur les journalistes arrêtés ni sur les attaques menées contre leur maison. Les journalistes sont des cibles faciles [en farsi "les murs les plus bas"] pour les dirigeants craignant leurs propres élections non libres… En Iran, il semblerait que l'arrestation de journalistes soit le préalable à tout évènement.

 

Plusieurs internautes ont tweeté cet article et partagé des liens vers différents médias et organisations.

Laleh donne le lien vers l'article de RSF, le Guide suprême intensifie sa guerre contre les journalistes [en français].

Dominique Rodier, sur son compte Twitter, renvoie à l’article de Bloomberg [en français], tandis que Persian Banoo pointe vers Iran Human Rights [en français].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.