Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Manifestations massives contre la discrimination envers les Noirs en Israël

La grève des immigrés africains  à Tel-Aviv

Capture d'écran de la grève des immigrés africains à Tel-Aviv via Zahi Shaked on YouTube 

C'est sur la place au nom symbolique d'Yitzhak Rabin à Tel-Aviv que 30 000 Africains sans-papiers vivant en Israël ont commencé une grève de 3 jours et une série de manifestations, soutenues par des défenseurs des droits humains. Par une loi votée le 10 décembre 2013, les autorités israéliennes peuvent placer les immigrés clandestins en détention sans procès ni examen de leurs dossiers jusqu’à un an. En plus de  cette loi, les manifestants dénoncent le refus des autorités israéliennes d'examiner leurs demandes pour obtenir un statut de réfugié ainsi que le placement en rétention de centaines d'entre eux. La vidéo ci-dessous souligne l'ampleur des manifestations et précise les revendications des manifestants :   

Le centre de détention de Holot, dans le désert du Néguev, près de la frontière entre Israël et l’Egypte, héberge déjà plusieurs détenus depuis décembre 2013, les sans-papiers doivent y pointer à trois reprises et y passer la nuit.

Le site irinnews.org donne une idée de la capacité de ce centre : 

Holot can house 3,300 migrants and is set to expand, eventually reaching a capacity of between 6,000 and 9,000 people, according to Yitzhak Aharonovitch, Israel's Public Security Minister.

Holot peut accueillir 3.300 migrants et est appelé à se développer, pour finalement atteindre une capacité de 6.000 et 9.000 personnes, selon Yitzhak Aharonovitch, ministre de la Sécurité publique d'Israël.

Le sentiment anti-clandestins africains a atteint un niveau préoccupant, nourri par des discours haineux comme on peut le voir dans cette vidéo publiée par Djemila Yamina :

Ailleurs,  ceux sont des groupes extrémistes minoritaires qui s'attaquent aux immigrés. En Israël, le gouvernement et l'appareil judiciaire y prennent une part active. Déjà en juillet 2012, Allain Jules dénonçait sur son blog :

 Ce qui se passe en Israël actuellement est indigne. Entre un ministre qui demande que les clandestins soient simplement assassinés, puisqu’il recommande qu’on tire sur eux au moment où ils tenteront de franchir les frontières, un autre qui parle du risque d’impureté future de l’État d’Israël qui doit garder son caractère juif, la boucle est bouclée.

Selon un billet de Jean Shaoul publié sur cameroonvoice.com : 

En vertu de la loi israélienne, il est interdit aux immigrés de travailler tant qu'ils ne sont pas enregistrés comme demandeurs d'asile. Ce qui leur est pratiquement impossible. En effet, selon l’agence des Nations unies pour les réfugiés, alors que le taux de reconnaissance national moyen des demandeurs d’asile est de 39 pour cent, en Israël ce taux est inférieur à 1 pour cent. En Israël, la plupart des demandeurs d’asile sont des Erythréens et des Soudanais qui connaissent un taux de reconnaissance international moyen de 84 pour cent et de 64 pour cent respectivement.

 Dans un billet publié sur un blog de Mediapart, JOSEPH AKOUISSONNE écrit :

Ce racisme est incompréhensible de la part d’un peuple qui a souffert de l’abjection nazie, avec sa cohorte d'actes odieux visant à l'extermination des juifs. Pourtant, c'était bien Madame Golda Meir qui proclamait que  : « …les Africains et le peuple juif partagent des points communs. Ils ont été victimes de l’histoire : morts dans les camps de concentration ou réduits en esclavage… » Dans les années 1960, l'état d'Israël avait tissé des liens très forts avec le continent noir. Des étudiants africains étaient accueillis dans les kibboutz. Inversement, nombreux étaient les Israéliens qui allaient en Afrique pour soutenir le développement des états fraîchement indépendants. Il faut aussi rappeler le combat des juifs sud-africains, aux côtés de Nelson Mandela dans sa lutte contre l’apartheid. Sans oublier ceux qui s’engagèrent avec les militants des Droits Civiques aux États-Unis.

Quelle est l’importance du phénomène de l’immigration clandestine qui soulève autant de haine en Israël ? Pour y répondre, le site JOL Press cite les chiffres communiqués par l'association Freedom 4 Refugees :

“Environ 50 000 demandeurs d'asile et réfugiés africains vivent aujourd’hui en Israël. Nous avons fui la persécution, les forces militaires, la dictature, les guerres civiles et le génocide. Au lieu d'être traités comme des réfugiés par le gouvernement d'Israël, nous sommes traités comme des criminels » explique Freedom4Refugees.

“Nous réclamons l’abrogation de la loi, la fin des arrestations, et la libération de tous les demandeurs d'asile et les réfugiés emprisonnés”, ont encore déclaré les réfugiés dans une pétition relayée par l’association Freedom4Refugees. Principalement d'origine soudanaise, sud-soudanaise et érythréenne, les manifestants demandent également que les demandes d'asile soient effectuées de “manière individuelle, équitable et transparente ”.

Certaines de ces ONG qui se battent aux côtés des Africains soulignent le caractère discriminatoire des mesures contre les immigrés africains. Le site Al Monitor relève que:

At the same time, however, there are some 93,000 “tourists without valid visas” in Israel, about half of them from the former Soviet Union. Needless to say, the government is not building special detainment centers for them. The number of people requesting asylum is also significantly lower than the number of legal guest workers in Israel (approximately 70,000), much to the relief of those companies that arrange to bring them to the country and employ them.

Pourtant  il y a quelques 93 000 “touristes sans visa valide” en Israël, près de la moitié d'entre eux provenant de l'ex-Union soviétique. Inutile de dire que le gouvernement n'est pas entrain de construire des centres de détention spéciaux pour eux. Le nombre de personnes demandant l'asile est également significativement plus faible que le nombre de travailleurs étrangers en situation régulière en Israël (environ 70 000), au grand soulagement de ces sociétés qui organisent pour les amener dans le pays et les employer.

L'indifférence au niveau international est frappante. Dans un article publié sur Rue89, Renée Greusard décrit le racisme au quotidien contre les Noirs en Israël :

Quand nous abordons ce sujet ensemble, David Sheen, le journaliste américain, pèse ses mots et parle plus lentement :

“Le niveau de racisme actuel en Israël, il peut être comparé à ce qu’on a connu dans d’autres pays occidentaux, il y a cinquante, soixante ans. Les gens se font insulter dans la rue. Souvent, quand les Noirs entrent dans les bus, les gens se bouchent le nez, bloquent les places à côté d’eux, ouvrent les fenêtres, pestent : “Ah ! Mais on n’a pas besoin de tous ces Noirs !”

Dans les autres pays, les gens sont gênés par leurs pensées racistes. Ils ne les disent pas en public. Là, non. C’est un racisme assuré, et dont les gens sont fiers. “

Ces sentiments anti-noirs se retrouvent jusque dans les commentaires parus sur des blogs ou de médias en ligne comme lemonde.frseneweb.com, tempsreel.nouvelobs.com, etc.  

Chaque commentaire suscite souvent la passion et attire des adhésions ou des rejets. Ainsi, un article de Jack Guez sur news.yahoo.com a reçu 2 410 commentaires. Beaucoup de ces commentaires ont à leur tour attiré de nombreux “like”. Le commentaire suivant publié à la suite de cet article a récolté 82 avis favorables : 

People criticize Israel but no one says a thing about Saudi Arabia, why? 

Saudi Arabia expelled 200,000 Africans a few weeks ago!

Les gens critiquent Israël mais personne ne dit rien à propos de l'Arabie saoudite, pourquoi?
L'Arabie Saoudite a expulsé 200.000 Africains il y a quelques semaines !

 La mort d’Ariel Sharon a interrompu la série de manifestations. Mais les peines des sans-papiers en Israel ne sont pas terminées. Après avoir défilé devant les bureaux du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) ainsi que devant des ambassades étrangères à Tel-Aviv, ils ont manifesté devant la Knesset, le Parlement israélien à Jérusalem. Cependant, le gouvernement continue à tenir des propos peu encourageants.

1 commentaire

  • xads

    confondre racisme et invasion, quelle hérésie !
    le trop plein des pays du sud se déverse un peu partout ..

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.