Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

3 notions clés pour comprendre les manifestations contre Compaoré au Burkina Faso

Des manifestations importantes ont eu lieu ce samedi 18 Janvier 2014 pour contester les réformes à la constitution proposées par le président Blaise Compaoré. Que signifient donc ces manifestations et pourquoi ces réformes ont-elles soulevé de telles passions auprès des citoyens burkinabés ? Quelles seraient les implications d'une crise prolongée pour la région ? Nous allons essayer d'éclaircir ces questions en parcourant les réactions des citoyens burkinabés sur le net :

Pourquoi ces manifestations

18 janv. 2014, Burkina : encore un mouvement comme ça et Blaise Comparoé (27 ans au pouvoir) se retirera. Respect ! 

Les manifestations ont été organisées par l'opposition pour contester une modification de la constitution qui permettrait au président Blaise Compaoré de se présenter en 2015 pour un troisième quinquennat. Cette révision de l'article 37 de la Constitution qui stipule que les mandats présidentiels doivent se limiter à deux quinquennats est fortement contestée par une partie de la classe politique et des électeurs. 

Les prémisses d'une contestation ont émergé la semaine précédente quand 75 membres du parti au pouvoir ont démissionné pour protester contre l'absence de pluralisme au sein du parti. 

Un gouvernment déjà contesté  

Ce n'est pas la première fois que l'autorité du président Compaoré est mise en difficulté lors de ce quinquennat. 
En février 2011, des manifestations avaient déjà éclaté à Ouagadougou et sur le reste du territoire, à la suite de la mort d’un élève battu par les policiers de Koudougou.

Blaise Compaoré, président du  Burkina Faso depuis 1987 via wikipédia CC-NC-BY

Blaise Compaoré, président du Burkina Faso depuis 1987 via wikipédia CC-NC-BY

Pour calmer la contestation, Blaise Compaoré renvoie l'ensemble des gouverneurs des treize régions et propose des mesures augmentant le pouvoir d'achat des étudiants. Les violences policières et les meurtres d’opposants au président Blaise Compaoré ont eu tendance à se répéter entre 1990 et 2000. Le lien commun entre ses émeutes sont la contestation de l’enrichissement de la famille présidentielle et la corruption rampante. 

Les implications d'une crise prolongée pour la région

Les implications de ces manifestations ne se limitent pas aux frontières du Burkina Faso. Le président Compaoré a reçu le président du Sénat Ivoirien Guillaume Soro comme médiateur de la crise. Théophile Kouamouo, blogger ivoirien, fait l’analyse suivante de cette rencontre :

Depuis l’annonce, il y a une dizaine de jours, de la démission collective de plusieurs membres éminents du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti du numéro un burkinabé Blaise Compaoré, les principales figures du régime Ouattara donnent l’impression que la seule idée de voir celui qui règne sur Ouagadougou depuis bientôt 27 ans à la retraite leur fait perdre tout sang-froid et les pousse à douter de leur propre avenir politique [..] Et si c’était finalement Guillaume Soro qui avait le plus à gagner dans le maintien au pouvoir de Blaise Compaoré, qu’il présente volontiers comme son « mentor » ? Il est probable que l’équilibre des relations pas toujours très claires entre Ouattara et son « dauphin constitutionnel » ait besoin de l’entregent du maître de Ouaga pour ne pas sombré dans la franche adversité.

Laye Doulougou, Burkinabé en Côte d'Ivoire a une autre vision de cette médiation :

Gardez vous de vous ” immiscer” dans les affaires du Faso lorsque que de bonnes âmes, dans un élan de solidarité sous régionale, l’aident à préserver sa stabilité et sa cohésion.
Nous autres burkinabé avons encore des souvenirs pas si lointains de la longue crise qu’a connue la Côte d’Ivoire et ne voulons pas voir notre pays vivre des moments pareils. Nous croyons en une Afrique stable, une Afrique panafricaine en paix et qui se développe grâce à des médiations de ce genre

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues