Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le marché des télécommunications: transformé par la fusion SFR-Numericable?

Visualisation des multiples chemins à travers une portion d'Internet - via The Opte Project CC BY 2.5

Visualisation des multiples chemins à travers une portion d'Internet – via The Opte Project CC BY 2.5

 La fusion SFR-Numericable reflète les tendances lourdes qu’est en train de vivre le marché des télécommunications : afin de répondre à un désir croissant des professionnels de pouvoir rationaliser leurs équipements, les opérateurs cherchent à faire converger leurs offres. Cette fusion menace également la position dominante d’Orange, jusqu’ici interlocuteur privilégié des dirigeants d’entreprise.

 
Avec la fusion de SFR et Numericable, le marché des télécommunications des entreprises s’apprête à connaître un avant et un après. Il s’agit d’une opération d’envergure, les deux entreprises étant déjà bien implantées sur le marché professionnel. Pour avoir un bouleversement comparable, il faut remonter à 2005, au moment de l’union entre Cegetel et Neuf Telecom, qui a donné naissance à Neuf Cegetel, devenu ensuite la branche entreprise de SFR.
 
Depuis 2010, de nombreux acteurs de l’Internet et des communications ont disparu par fusion (Club internet, AOL, Telecom Italia, Cegetel, etc.). S’opère depuis quelques années une restructuration technique du marché du fait d’une volonté croissante des opérateurs d’affirmer leur présence à la fois sur le marché du fixe et du mobile. C’est d’ailleurs exactement dans cette optique que fusionnent SFR et Numericable, ceci afin de répondre aux attentes des consommateurs en termes de prix et de simplicité.
 
Les offres des deux entités seront en effet complémentaires. Completel, filiale B-to-B de Numericable a été choisi par SFR précisément parce qu’elle se positionne sur la fibre optique avec un important réseau FTTO (Fiber to the Office), tandis que SFR Business Team offre avant tout du mobile, du xDSL, de l’hébergement, de la fibre et du cloud. L’idée est de s’appuyer sur des offres convergentes et d’offrir des services de communications unifiées, particulièrement appréciées par les entreprises, car elles comprennent les moyens de communication interpersonnels temps réel, les outils de travail collaboratif et l’environnement informatique.
 
Cette dynamique de restructuration est également motivée par la nécessité pour les opérateurs d’investir massivement dans de nouvelles infrastructures afin de maintenir la qualité de service. C’est ce que cette fusion va également permettre :

Les économies qui vont être réalisées sur l’infrastructure vont pouvoir être injectées dans l’innovation, comme par exemple les investissements dans le Cloud 

analyse Lionnel Piar, vice-président Télécommunications chez CGI Consulting.

Industriellement, ce qui est intéressant dans le rapprochement, c’est qu’on a d’un côté un SFR qui a plutôt des offres mobiles, et de l’autre un Numericable plus sur la partie câble. Avec ce rapprochement, on est plus dans la notion d’opérateur global qui va être capable de proposer l’ensemble des services à une entreprise. 

ajoute l’expert.
 
Voilà qui menace directement la position hégémonique d’Orange sur le marche B-to-B. l’opérateur détient à l’heure actuelle 70 % de part de marché quand, à eux deux, SFR et Numericable en ont 20 %, mais comptent bien atteindre les 30 %.
 
Il faut encore attendre que l’Autorité de la concurrence avalise la fusion, ce qui risque de prendre quelques mois. Mais une fois l’opération effective, il y a de fortes chances pour que les dirigeants d’entreprises s’intéressent à cette alternative, alors qu’ils manquaient cruellement de choix jusqu’ici.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.